Rêve Général !

Publié le 16 octobre 2010

Dans un climat social lourd, nous reproduisons ici l’édito d’octobre 2010 de l’association Citoyens Résistants (à l’origine du rassemblement annuel des Glières), un texte auquel, nous habitant-e-s du Vercors, ne pouvons qu’adhérer bien évidemment !

Le Conseil National de la Résistance, dans son programme du 15 mars 1944 avait prévu « une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ». Cette construction d’une retraite solidaire débutera avec les ordonnances de 1945 pour aboutir à la retraite à 60 ans en 1982. Mais depuis… ?

Depuis, on assiste à une entreprise de démolition du système de solidarité des retraites. Tentés par les retraites par capitalisation des pays anglo-saxons, soumis aux pressions patronales, résignés face à des arguments économiques et démographiques pourtant contestables, les gouvernements successifs n’ont eu de cesse de détricoter un système généreux et solidaire.

Aujourd’hui, on nous dit que notre pays est trop endetté, il l’était en 1945 au demeurant. On nous parle d’économie à faire, mais on trouve de l’argent pour sauver le système bancaire, on réduit encore les ressources de l’Etat (Bouclier fiscal, TVA à 5,5 pour la restauration…) et on refuse de taxer les produits financiers…

On nous présente le « problème » des retraites de manière économique mais on oublie de dire qu’en 82, au moment de la retraite à 60 ans, il fallait 3 ouvriers pour produire autant de richesses que 2 aujourd’hui et que la production de richesse n’a cessé d’augmenter. La question des retraites se pose donc avant tout comme un choix de société, et le choix du gouvernement, dans sa réforme, est inique. Pour nous, c’est l’esprit de solidarité qui prévalait en 1945 alors que la France était dans une situation catastrophique, qui aujourd’hui est attaqué, au profit d’une logique du chacun pour soi.

Raymond Aubrac dans son intervention à Pont de Beauvoisin le 23 mars 2009 déclarait : « A ma connaissance, nous n’avons pas de programme à long terme pour notre pays. Il est urgent d’en avoir un et il est urgent de repartir du dernier programme accepté par l’ensemble des français qui a été le programme du CNR. »

C’est dans cette direction que tous ensembles avons décidé d’aller : réfléchir à un projet de société du 21ème siècle qui reprendrait les principes du CNR dans tous les domaines y compris celui des retraites.

En attendant la réalisation de cet objectif ambitieux, nous appelons à participer aux prochaines manifestations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *